mirage(s)

mirage(s) 1. horizon (La Havane, vue nord)

2005, installation, projection vidéo en boucle, eau courante, dimensions variables

Vue d’un paysage d’horizon marin, prise depuis le bord du « Malecón », la jetée principale de La Havane, en regardant vers le Nord. L’image de l’horizon se reflète sur l’eau qui coule sous l’écran de projection.


mirage(s) 2. ligne imaginaire (équateur)

2005, intervention, gomme à effacer sur mur, dimensions variables

Photo: ©Aurélien Mole / Centre Photographique d'île-de-France, exposition "fragments liminaires", 18 avril - 28 juin 2015
Photo: ©Aurélien Mole / Centre Photographique d'île-de-France, exposition "fragments liminaires", 18 avril - 28 juin 2015

Sur un mur, à hauteur du regard, j’efface avec une gomme une ligne imaginaire.


mirage(s) 3. Arménie

2006, intervention in situ (Musée des Sœurs Aslamazyan, Gyumri), empreintes digitales sur vitre, dimensions variables

J’ai demandé à des Arméniens que j’ai rencontrés à Paris, puis en Arménie, de nommer des choses, des dates, des phrases, des noms…, des mots qui évoquaient pour eux un manque, un souvenir, une absence. J’ai reproduit vingt-quatre de ces mots avec l’empreinte de mes doigts sur les vitres du Musée des Sœurs Aslamazyan, à Gyumri. Ces signes éphémères, subtils et presque invisibles, ne se « révélaient » au regard que sous un certain angle de vue, par un reflet ou une variation de la lumière.


mirage(s) 3. les coamels

2007, intervention in situ / empreintes sur vitre, dimensions variables.

Travail réalisé lors d’une résidence artistique au village de Saint-Gervais-sur-Mare. J’ai parcouru le village, rencontré ses gens, entendu leurs histoires et leurs souvenirs, et j’ai retenu ainsi les surnoms d’environ 80 personnes, dont plusieurs sont déjà disparues.
Ces surnoms, (la plupart en occitan) sont éloquents du rapport que les gens du lieu (les « coamels ») entretiennent avec leur village et la nature environnante.
Après avoir fabriqué un pochoir pour chaque surnom, j’ai demandé aux gens que j’ai interviewés de les inscrire avec leurs empreintes sur les vitres de la verrière de la maison inhabitée du Domaine de la pièce.