catalogue résidence Saint-Ange

publication du catalogue

Estefanía Peñafiel Loaiza

La Résidence Saint-Ange – sept-nov 2016

Pendant son séjour à la Résidence Saint-Ange à Seyssins, Estefanía Peñafiel Loaiza a réalisé une série de travaux s’inscrivant dans la continuité de son projet cartographies. La Résidence Saint-Ange a édité un catalogue autour de cette expérience, et une exposition de l’artiste a eu lieu en partenariat avec l’ÉSAD de Grenoble.

« L’Équateur imaginé par Estefanía Peñafiel Loaiza n’est ni un pays ni une carte, mais plutôt un texte qui prend le relais de l’un et de l’autre. Le texte, objet de l’artiste, est un territoire vécu. Écrit en 1928, le journal Ecuador est une feuille de route qui dérive entre des cartes, des atlas, des encyclopédies, des albums et des dictionnaires, à la fois peints, troués ou coupés par l’artiste et où chaque page porte une couche géologique. « La terre de l’Équateur est friable. Il arrive qu’elle s’ébranle, cède, s’écroule. », écrit Michaux le 28 Février 1928. D’après l’Ecuador, l’artiste transforme le territoire du texte en situation de lecture. Ces cartographies ouvrent des hypothèses sur un lieu inventé par Michaux, qui est en fait un territoire littéraire. […] Estefanía Peñafiel Loaiza accueille le corps de Michaux comme celui d’un ennemi digne de respect, puis prend le relais du poète, saisissant les inspirations et les expirations, les systoles et les diastoles, les basculements de la prose aux vers et vice-versa […] L’artiste produit une ellipse à l’intérieur d’une ellipse, en creusant dans les livres la notion de ligne qui est son objet. A chaque œuvre, la ligne imaginaire est mise en question. Chaque partie de la cartographie d’Estefanía Peñafiel Loaiza rend de plus en plus réelle la dimension de cette ligne. »

– Eduardo Jorge de Oliveira, Pays d’encre, lignes des mots : l’Ecuador d’Estefanía Peñafiel Loaiza, 2017.

Textes de Gabriel Nallet et Eduardo Jorge de Oliveira.
40 pages, 2017

Édition bilingue FR – ANG